Auguste MUDRY

Auguste_mudry_opt

''Il vaut mieux se perdre dans sa passion, que de perdre sa passion

(Auguste Mudry)

Auguste Mudry est né le 17 juillet 1917 à Seytroux en Haute Savoie.


En 1936, il devient mécanicien militaire puis pilote .

Ce Savoyard d'origine modeste fut toujours un travailleur, ce qui lui valut de sortir major de sa promotion d'élèves pilotes d'Istres peu avant la guerre... mais il quitte l'armée en 1939.

Fonctionnaire pendant un temps aux Finances, il devient pilote professionnel, chef pilote à Annecy, à Châteauroux puis à Moisselles.


En 1953 il réorganise la pratique du planeur en France et jette les bases de la future FFVV (Fédération Française de Vol à Voile) dont il sera le premier président en 1966.

En 1958, il crée la CAARP (Coopérative des Ateliers Aéronautiques de la Région Parisienne), à Beynes (78), puis construit des avions CP 320 Emeraude conçus par Claude Piel.

En 1965, il conçoit le CP 100 sur la base d'un Super Emeraude, le n°01 voit alors le jour. Malheureusement, lors d'un vol d'essai, les deux pilotes sont tuésl. L'avion est mis hors de cause par l'enquête et Auguste Mudry décide de construire le n°03 (le n°02 ayant été détruit pour les besoins de l'enquête).

L'avion est baptisé CAP pour Construction Aéronautique Parisienne et porte le n°01. Le prototype F-WOPX effectue son 1er vol le 22/08/1968 aux mains de Gerard Tahon.

L'armée de l'air semble très intéréssée par ce biplace prometteur et en 1967 commande les n°01 et 03 puis en 1970 achète la série du n°1 au n°28. La mise au point du Cap 10 prit fin en septembre 1970 et rapidement débuta la production en série du CAP 10B. De 1970 à 1997, 282 Cap 10B ont été produits. Une partie non négligeable sera destinée aux marchés militaires pour l'entraînement des pilotes.

Le Cap 10,à aile basse cantilever, construit en bois et en toile, était l'avion école de voltige par excellence, modèle 2 places de la longue lignée des avions Mudry. Cet avion très polyvalent et exigeant permet la découverte du train classique, le perfectionnement, l'étude des mises en garde, l'écolage voltige et la pratique en compétition du niveau Espoir au Championnat de France biplace. Cet avion sera construit à 300 exemplaires et sera acheté par l'Armée de l'air pour la formation initiale de ses pilotes. Dans le civil, cet appareil va relancer la voltige aérienne en France.

La version de série baptisée Cap 10 B présente quelques modifications (dérive, lubrification, freinage, carenage, ergonomie...) par rapport au prototype . L'appareil sera rapidement certifié suivant la norme Far 23.

Dès son apparition, l'appareil fut un succès, et fut logiquement évalué par l'Armée de l'Air. A la mi-1980, 225 Cap.10 avaient été livrés à travers le monde, dont l'Armée de l'Air qui en commanda 56 et la Marine, 6 exemplaires. Les premiers appareils furent utilisés par l'École de Voltige Aérienne de Salon-de-Provence, l'École des Moniteurs à Clermont-Ferrand et le Groupement-École 315 à Cognac.

Le cap 10 B F-BXHE n°61 qui auraient dû être un prototype de remorqueur hérita du premier dos plastique.

Les 1400 heures nécessaires pour sa certification ont été réalisées à Bernay.

CAP 10 C: Se différencie de la version B par son longeron doté de carbone, son train d'atterrissage redessiné pour soulager les efforts sur l'aile, ainsi que quelques modifications permettant de gagner en solidité et de réduire le poids. Le taux de roulis est largement amélioré.

Cap 10 "construction amateur": 5 furent construits

F-PXKE, F-PYIF, F-PYTU, F-PYPK et F-PCAP (F-PCAP possède une aile de Cap 10 C)


AJBS 10:

Immatriculé F-PZLD, il fut construit par l'amicale J.B Salis. Il s'agit d'un fuselage de Cap 10 et d'une aile de Cap20.


CAPDOL

Crée en 1986, il s'agit d'un Cap 10 B, avec une aile légèrement différente (Corde, ailerons, saumons). Il fut construit par Paul Prudent en collaboration avec les Avions Mudry et Cie.


En 1969, le CAP-20 fait son 1er vol, c'est un monoplace de compétition.

Le CAP 20 dérivait directement du CAP 10 avec un fuselage étroit et un moteur similaire mais porté à 200 ch. L'hélice était à pas variable pour mieux utiliser la puissance supplémentaire.


CAP 20 1

Cap 20

1976 naissance du cap 20 L (léger)

Cap 20L small

Cap 20 L

Le CAP 20 L était une version dérivée, allégée à 460kg pour plus de performances, elle vola en 1976.

L'aile du cap 20L était une aile de Cap 20 ''lourd'',sans saumon, sans dièdre et aux ailerons agrandis.Elle était modifiée par rapport au CAP 20 ainsi que la dérive qui était plus grande et plus rectangulaire. Le taux de roulis était augmenté et les performances générales aussi. Contrairement au CAP 20 originel qui était destiné à l'armée, le CAP 20L eut une bonne carrière civile. Le CAP 20L a échangé par rapport à son prédécesseur la grâce contre les performances.

12 exemplaires de série et 2 prototypes furent construits, tous civils.

En 1978 la CAARP arrête son activité, la société "Avions Mudry" est créée à Bernay dans l'Eure.

Cap 21 small

Cap 21

Le cap 21 dérivait du 20L dont il conservait le fuselage complet mais avait une nouvelle aile trapézoïdale qui préfigurait celle du CAP 230. Le CAP 21 vola en 1980. Le train d'atterrisage à lames composites était pris sur le fuselage et non sur les ailes comme sur le CAP 230 à venir.

Les performances du CAP 21 étaient excellentes pour l'époque. 17 exemplaires civils et un prototype furent construits de 1980 à 1987.


En 1985 sort le CAP-230, monoplace de compétition de niveau international. La voilure reste trapézoïdale mais se voit adjoindre des apex d’emplanture en bord de fuite et un renforcement structural lui permettant de recevoir un moteur six cylindres de 300 CV et d’être certifié pour des facteurs de charge de +10/-10 G.


CAP 230 2Cap 230


Le CAP 231 verra le jour en 1990, et les titres de champion du monde vont alors se succéder. Son évolution en CAP 231 EX sera pour l’année suivant, en 1991. Il s’agira de l’adaptation d’une aile 100% carbone provenant d’un EXTRA 260 d’où l’extension « EX ».


CAP 231 2

Cap 231


Cet avion donnera naissance en 1994 au CAP 232 qui conservera cette solution de construction mixte avec un fuselage bois sur une voilure en carbone développée chez MUDRY. Le CAP 232 sera 12 fois champion du monde.


CAP 232 2

Cap 232

En 1996, l’usine Mudry, installée depuis la fin des années 60 sur l’aérodrome de Bernay en Haute Normandie et sur le site industriel de Courcelles à Fontaine L’Abbé, doit fermer ses portes suite à un incendie criminel. Auguste Mudry, qui jusque là avait toujours fait preuve d’ingéniosité pour ne pas licencier un seul membre de son équipe, fait faillite.

Les avions CAP seront rachetés en 1997 par le groupe APEX.

La société APEX sera mis en liquidation judiciaire en 2008. Ce sera la fin de la construction industrielle des CAPS

Auguste Mudry meurt à Bernay, le 5 août 2006 à l'age de 89 ans. Il est inhumé au cimetière de Seytroux, près de Morzine, en Haute-Savoie.

La figure d’Auguste Mudry reste vivace dans la mémoire de ceux qui l’ont connu, et ses CAP continuent à voler comme la référence ultime de la voltige. Ni ingénieur, ni entrepreneur, Auguste Mudry s’est battu pour sa passion, a créé des avions de pointe, fait fructifier une entreprise où la valeur de l’homme était centrale, où mécaniciens, ingénieurs, pilotes, artistes savaient se retrouver, échanger, innover.

C'est un grand avioneur Français qui nous a quittés . Personnage discret mais passionné, il laisse derrière lui toute une génération de pilotes qui ont débuté la voltige sur ses appareils et, grâce à lui, sont parvenus à se hisser jusqu'aux plus hautes marches des podiums mondiaux. La voltige française est orpheline, et lui doit beaucoup.


Le 30 septembre 2006, l' Aéro-club de Bernay a organisé un hommage à Auguste Mudry .

Hommage à A MUDRY VOLen Patrouille 30 09 2006 2

Survol ''en patrouille'' des Caps le 30 Septembre 2006

En novembre 2007, la ville de Bernay a rendu hommage à Auguste MUDRY en donnant son nom à un rond-point lors d'une cérémonie, en présence de la famille d'Auguste Mudry, du ministre de la Défense Hervé Morin, du sénateur Joël Bourdin, du maire Hervé Maurey, de nombreux élus et amateurs de voltige. Avec beaucoup d'émotion le maire a retracé la carrière d'Auguste Mudry.

2 alphajets de l'armée de l'Air puis un Cap 231 et un Cap10, ont survolé Bernay à cette occasion.


Sources: deltaecho.free.fr/cap10/versions.htm

Avions MUDRY de Xavier MASSE

 
© 2012 Aéro-club de Bernay